Si vous vous intéressez au sujet du management, vous avez surement entendu parler de management situationnel, de management par objectif… Mais avez-vous déjà entendu parler du Management Contextuel par l’Autonomie ?

Cette approche, imaginée par d’Alessandro Biscaccianti et Alain Lequien, chercheurs et consultants sur les thématiques d’accompagnement au changement et de management, vise à répondre à l’une des questions phares des Managers et des Organisations : Comment s’entourer de collaborateurs sur qui pourvoir compter, d’individus capables d’agir en autonomie sans besoin de longues explications, de partenaires efficaces avec qui le dialogue est la base d’une coopération réussie et durable ?

Pourquoi passer au Leadership et Management Contextuel par l’Autonomie ?

Le contexte incertain dans lequel nous évoluons, marqué par les crises récentes (pandémie, guerres, changement climatique) et à venir, nous amène à remettre en question la pertinence de la logique de différenciation entre le Leader et le Manager. Le concept de LMCA propose d’englober l’action du leader et celle du manager dans un concept de gouvernance plus large, approprié à ce contexte dynamique : le « Driver ».

Le rôle de ce Driver est à la fois symbolique et opérationnel : il entretient la stabilité et la qualité de la relation avec les Collègues. Il permet à l’organisation de disposer d’un processus de gouvernance cohérent, tout en apportant aux individus un repère émotionnel. Il a pour rôle principal de définir une vision qui fait sens et de clarifier l’Enjeu à protéger par l’action du collectif.

Son objectif est de permettre au potentiel de chacun de s’exprimer, pour contribuer à améliorer la performance de l’équipe. Pour cela, le Driver possède deux clés essentielles : la Fiabilité et les Niveaux d’Autonomie.

Le management contextuel, la première clé : définir la fiabilité des individus et du groupe 

La fiabilité d’un individu ou d’une équipe peut être définie comme sa capacité à mobiliser durablement et de façon performante ses ressources pour protéger un Enjeu commun et réaliser des Objectifs dans un contexte donné. Elle se construit progressivement en fonction de la qualité de ses actions réalisées, de son engagement, du respect des paroles données, de son autonomie, de sa responsabilité et prise d’initiative, de sa stabilité face aux évènements, de sa fidélité.

Dans le cadre du LMCA, on peut définir le niveau de fiabilité d’un individu comme sa capacité à démontrer son engagement pour protéger l’Enjeu, en utilisant des compétences appropriées pour réaliser les activités attendues de lui. En croisant le niveau des Compétences et le niveau d’Engagement, on obtient la « Matrice de fiabilité ».

Niveau de ses CompétencesFaibleElevé
Niveau de son EngagementElevéLogique de Contre-Dépendance
Fiabilité instable/faible
« Avec vous, malgré moi »
Logique d’Interdépendance
Fiabilité stable/positive
« Nous ensemble »
Faible Logique de dépendance
Fiabilité stable/négative
« Vous pour moi »
Logique d’indépendance
Fiabilité instable/incertaine
« Moi tout seul »

Cette approche de la fiabilité peut être utilisée pour piloter les équipes de manière performante. Dans le cadre d’une équipe, il ne s’agit pas uniquement de prendre en compte l’engagement individuel, mais aussi la cohésion de l’équipe et ses éléments moteurs pour développer des synergies et travailler ensemble de façon harmonieuse.

La fiabilité des individus et de l’équipe ne sont pas nécessairement en relation entre elles : il peut arriver que dans une équipe à haute fiabilité certains des individus aient une faible fiabilité ou le contraire. Le Driver doit prendre en compte ces éléments et adopter des approches différentes pour piloter l’équipe dans son ensemble, tout en personnalisant son LMCA pour chaque Collègue.

La seconde clé : passer de la Fiabilité à l’Autonomie

Contrairement à ce qui est proposé dans le Leadership Situationnel, le simple fait d’avoir un Collègue fiable ne doit pas amener le Driver à lui transférer ses responsabilités. La fiabilité est l’un des facteurs qui influence le niveau d’autonomie, le second étant l’Enjeu du Driver. Ainsi, le niveau approprié d’autonomie est le lien entre l’Enjeu du Driver et la Fiabilité du Collègue : si le Driver considère positivement la fiabilité, il atténuera l’étendue de son contrôle. Dans le cas contraire, il aura tendance à augmenter son degré de contrôle.

En liant l’engagement et les compétences du collaborateur avec l’enjeu du manager, le concept d’Autonomie dépasse les limites du leadership situationnel en donnant des outils opérationnels pour améliorer la responsabilité de chacun.

Le tableau ci-dessous permet de définir en fonction du niveau d’autonomie constaté, ou voulu, quelles sont les actions à entreprendre en prenant en compte les différents critères (style, rôle, besoin, objectif, contrôle) :

Niveau d’autonomieFaibleLimitéSuffisantElevé
Style de LMCA (pour développer la fiabilité du collègue)EnseignerEntraînerDéléguerResponsabiliser
Rôle que le Collègue souhaite voir jouer par le DriverMoniteurTuteurCoachMentor
Besoin principal du CollègueDirectionSupportParticipationOrientation
Caractéristiques du management par objectifs
Type d’objectifs à donner
InstructionsEtapesActivitésMissions
Caractéristiques du management par objectifs
Type de contrôle à exercer
CompletSystématiqueFocaliséAléatoire

Pour chacun de ces niveaux d’autonomie, les auteurs ont analysé les caractéristiques présentes et les actions à conduire par le Driver. Ils en ont déduit différents protocoles afin d’accompagner la montée en autonomie.  Celle-ci doit être adaptée au contexte de la relation entre le Driver et le Collègue. Des activités différentes peuvent demander des niveaux d’autonomie différents en fonction du contexte et de l’impact sur l’Enjeu du Driver. Le but du Driver sera donc d’augmenter le niveau d’autonomie de ses collègues et ainsi d’accompagner la montée en compétences et en engagement de chacun.

Le leadership contextuel, sautez-vous le pas ?

Le management contextuel par l’autonomie invite à une nouvelle perception, allant au-delà des approches classiques du management, tant dans la perception des acteurs (Driver, Collègues) que dans sa manière d’appréhender l’accompagnement du manager. Evaluer le niveau de fiabilité et d’autonomie, le partager au collaborateur et adapter son management individuel est collectif est donc une nouvelle clé pour développer cohésion et performance.

>> Si vous souhaitez en apprendre plus sur cette méthode, n’hésitez pas à nous contacter ! << 


Article rédigé par Alessandro Biscaccianti
Expert Change Management

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.